Edito avril 2019

Edito avril 2019

REPRENDRE LES TOURNÉES SOUS CHAPITEAU AVEC MONDOFOLY® !

Et voilà avec le printemps revient le temps des tournées sous chapiteau… De belles implantations longues avec des partenariats magnifiques. Ici tout d’abord dans le lycée agricole professionnel de Poisy, en complicité avec deux théâtres qui nous accueille depuis longtemps : le théâtre des collines d’Annecy et l’Auditorium de Seynod.

Des élèves ont accompagné toutes les phases de la création depuis bientôt deux ans. Le travail avec eux a autant inspiré notre vision catastrophique du monde économique mais ces élèves nous ont aussi partagé les solutions à y apporter… Alors vous êtes tous les bienvenus pour cette série de représentations non loin du Lac d’Annecy dont le niveau baisse de manière inquiétante…

Bruno Thircuir, les pieds dans la neige.

Edito mars 2019

Edito mars 2019

REPRENDRE LES TOURNÉES !

Alors que la création de Mondofoly vient de s’arrêter sur la plage du Prado de Marseille et que les prochaines dates de notre spectacle sur l’économie mondiale se ne joueront qu’en avril, nous avons pris quelques jours de repos, et hop, nous repartons sur les routes… 

Un mois de tournée de notre spectacle Mine de rien… Vous vous souvenez peut-être, une commande du festival du Bonheur des Mômes au Grand bornand il y a deux ans, écrire un spectacle sur le handicap… Ce mois-ci cinq théâtres d’Île-de-France se sont associés avec la scène nationale d’Essonne, le théâtre d’Evry, pour faire tourner notre spectacle sur la différence …

Alors venez découvrir une autre facette de notre travail, au croisement de la marionnette et du livre pop-up…

Bruno Thircuir, en chemin.

Edito février 2019

Edito février 2019

MONDOFOLY® : LES RÉPÉTITIONS, C’EST PARTI !

Et voilà, notre Mondofoly®, notre spectacle-jeu est prêt.

Notre défi : inventer une forme de spectacle différente, raconter sans raconter vraiment, jouer ensemble à être les grands dirigeants du monde pour se rendre compte finalement que notre place est ailleurs. Proposer humblement que la révolution se niche dans des gestes simples, dans des pensées positives, dans le refus de la compétition permanente…

Mais le défi est de taille dans le « monde du spectacle vivant » où l’on juge, jauge, catalogue, catégorise : un petit monde ultra-libéral à lui tout seul…
Alors que Mondofoly® est juste un espace pour penser le monde simplement, pour nous offrir 90 minutes d’auto-dérision, vivre une partie durant laquelle nos seuls adversaires sont nos paradoxes… Alors, on vous attend pour jouer sous notre chapiteau !

Bruno Thircuir, sur la plage du Prado à Marseille

Edito novembre – décembre 2018

Edito novembre – décembre 2018

MONDOFOLY® : LES RÉPÉTITIONS, C’EST PARTI !

Et bien voilà, après deux ans de montage de production, de construction de décor, d’élaboration de tours de magie, de castings, d’écriture, de documentation, nous entamons enfin les répétitions plateau de Mondofoly ® !

Notre beau chapiteau et toute l’équipe de création sont installés à la Gare à coulisses (Eurre, Drôme) C’est un lieu fabuleux créé par la compagnie de rue Transe-Express. Ils nous accueillent pour deux mois dans un cadre fantastique dédié aux arts de la rue, aux forains, aux saltimbanques…
À la fin du mois de décembre nous soulèverons le chapiteau pour une avant-première : un temps d’échange indispensable avant la dernière ligne droite au mois de janvier.
La création aura lieu à Marseille au début du mois de Février lors de la Biennale Internationale des Arts du Cirque !
Mais d’ici là, si vous ne passez pas loin de Crest, venez nous voir, vous êtes tous les bienvenus, le chapiteau est bien chauffé !

Bruno, piochant une carte « Chance ! »

Edito octobre 2018

Edito octobre 2018

EN OCTOBRE, CONFIONS-NOUS !

Ce mois-ci nous continuons à nous confier, à raconter les territoires qui nous accueillent. Après avoir partagé avec vous l’incroyable histoire du campus de Grenoble, nous avons la chance de vous proposer un spectacle balade à travers la petite ville de Marciac. Comment cette belle bastide du Gers est-elle devenue un des villages les plus célèbres de France ? Comment le couvent a t-il disparu sans laisser de trace ? Le Jazz semble être né au pied des vignes de Saint-Mont, est-ce possible ?

Les secrets que nous avons glanés durant l’hiver dernier sont beaux comme des sentiers en automne, ils nous dessinent une carte qui relie la Gascogne et La Nouvelle Orléans, et le plus stupéfiant c’est que tout est vrai.

Depuis trois saisons, la compagnie a déjà écrit 13 parcours, comme autant de chemins magiques qui nous ont amené à découvrir des villes méconnues, des quartiers bien vivants, des légendes oubliées.

Avec notre belle équipe de comédiens et de musiciens nous répétons pour le week-end d’ouverture de la saison de l’Astrada, scène conventionnée Jazz. Venez découvrir cette belle bourgade lorsque la foule du Festival n’y est pas. Vous rencontrerez, comme nous, des fantômes bienveillants… Et si c’est trop loin pour vous, ce n’est pas grave, nous installerons quatre étapes à histoires. Nous réaliserons pour cela quatre dispositifs audiovisuels qui restitueront toute l’année ce conte qu’est le Jazz in Marciac.

 Bruno Thircuir, Les oreilles remplies de notes de musique

Edito septembre 2018

Edito septembre 2018

POUR LA RENTREE, CULTIVONS-NOUS !

Fin août, une partie de l’équipe de la Fabrique des petites utopies démontait notre chapiteau après deux mois d’un CIRK’ OH ! PARC fabuleux : riche en spectacles, découvertes et ateliers *. Une autre partie de l’équipe rejoignait Salé, au Maroc pour trois dernières belles représentations d’Echecs et Mâts au festival Karacena. La biennale des Arts du Cirque avait pour cette édition choisi de Faire Monde, ce thème réunissant des équipes animées par le même désir : le cirque est un geste politique autant que poétique.

Bon et comme en septembre il faut savoir rentrer, ha, ha, nous nous installons maintenant sur le campus de Grenoble pour vous le raconter ! De nouvelles Confidences concoctées pendant l’hiver lors de rencontres avec des dizaines d’aménageurs, d’universitaires, d’étudiants, de chercheurs… Nous nous délectons d’avance de partager le fruit de ces temps précieux : collecte d’une mémoire fragile, magique. Comment des hommes et des femmes ont pu imaginer transformer des champs et des vergers en un lieu de la pensée et du partage de la connaissance. Cela ressemble à un conte de fée et pourtant tout est vrai.

 Bruno Thircuir, flânant dans le campus si beau en automne.

 * 4600 spectateurs sont venus assister aux 23 représentations proposées du 5 juillet au 25 août. Les ateliers quotidiens animés par les 7 équipes de cirque accueillies en résidences de création ont connu une fréquentation quasiment ininterrompue.