4.48 Psychose

Texte de Sarah KAne, mise en scène de Bruno Thircuir, avec : Alphonse Atacolodjou, Isabelle Gourgues et la voix de Lise Visinand.

Création en 2006, suivie d’une tournée en France de 27 représentations, présentées en dyptique avec Manque.

4.48 Psychose est une histoire d’amour, l’histoire d’un manque absolu d’amour.

“Sarah Kane parle de cette absence irréversible, de cet abandon innacceptable. L’histoire de ce personnage n’est pas celui d’une folie, d’une psychose, mais celui d’une douleur incroyable. Comme un corps sectionné, amputé.
Elle comme derrière une vitre, on l’observe. LEs images doucement basculent du temps réel aux temps intérieurs, rêvés. Nous sommes tous dans cette chambre tantôt bleu pâle, tantôt saturée.
Ici, le percevoir ne fait plus qu’un avec le vivant. les visions fantasmatiques, les hallucinations sensorielles, se manifestent sour diverses formes.
LE personnage, à chacun de ses retours à l’hôpital, s’échappe progressivement de sa conversation avec le médecin pour glisser dans un dialogue avec elle-même. ce dialogue tourne court, il devient un regard mutilé sur soi. Cette mutilation devenant effective.
QUi rêve ? qui imagine ce monde intérieur? On se retrouve voyeur, voyeur de ses propres manques, joués, démultipliés, en manque d’amour, insatiablement. “
Bruno Thircuir